Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 22:34

http://www.devoir-de-philosophie.com/images_dissertations/116493.jpg

J'écris vraiment beaucoup sur ce blog, en ce moment, ça contraste un peu avec avant. Alors pourquoi? c'est une excellente question, je ne me sens plus chez moi ici, je sens que je ne vais pas trouver de travail là bas. Et puis mes amis me manquent, aussi, j'ai envie de faire des plans vacances où à la fin ils nous saturent, les copains, tellement on les a vu. Et puis j'en ai marre d'apprendre encore et encore des cours, de faire encore et encore des statistiques, d'avoir cette désagréable impression qu'à part moi, le sujet n'intéresse personne. J'en ai marre d'être trimballée de stage en stage alors que je commençais à être à l'aise dans un endroit. Et puis le soir, quand je me couche, je regarde le plafond et je ne rêve plus à rien. C'est désespérant. Je n'attends plus grand chose en fait, je n'ai plus de grand objectif qui me fasse rêver. Je regarde M6 à longueur de journée pour me remplir l'esprit de choses bêtasses qui me convainquent que ma vie est bien moins pire que ces pauvres gens qui n'arrivent pas à vendre leur maison parce qu'il y a des infiltrations d'eau sous le plâtre. Ou encore moins pire que d'être mère à 15 ans ou d'avoir 10 gosses à la maison. C'est l'objectif de ces émissions qui nous retiennent tant, je pense : rendre impardonnable aux gens du commun de se dire qu'ils sont malheureux car regardez, il y a pire; eux ils ont de quoi se plaindre, avec leur enfant qui a cette maladie rare orpheline avec deux oreilles en plus et pas de traitement.

Pourtant ma vie est loin d'être triste. J'ai plus d'amis que la moyenne, on me fait des compliments, on admire mon talent pour écrire ou pour faire des affiches, j'ai une famille, un toit et un chaton. Mais...

...mais j'ai été voir un film que je n'ai pas aimé, ce soir. L'amour dure 3 ans. Je ne pense pas que ce soit le fond qui m'ait touché, d'habitude les films à l'eau de rose j'aime bien. Donc comment expliquer l'échec de cette séance? Tout d'abord un acteur principal qui m'a hérissé le poil tant il fait bobo tout comme je ne supporte pas. Je n'arrive toujours pas à savoir si c'est son jeu de scène, sa nature, sa voix ou sa personnalité ou un mélange de tout. Vous voyez, Christoph Waltz par exemple, je trouve ses personnages simplement détestables. Et pourtant j'adore son jeu. John Malkovich pareil. Ce sont des acteurs qu'on aime parce qu'ils jouent les détestables avec talent. Mais alors notre petit jeunot de l'Amour dure 3 ans, artiste incompris avec ses phrases semi-philosophiques qui d'un coup a la révélation du vrai sens de la vie, non. Non, non, non. Deuxièmement, ce film dure 1h30 et m'a semblé long. C'était la première fois depuis la séance mythique Crazy Kung Fu (2005?) que je me suis dit "merde, je viens de gâcher 5€".

Et puis il y a toutes ces questions qu'on soulève en cours, en conférence et où il n'y a pas de réponses. Et que j'aurais envie de débattre, remettre en cause mes convictions, de me poser les questions pour toujours garder mes idées en mouvement, mais où ce n'est pas possible. Ce n'est pas possible de débattre en cours, de soulever une idée. Ce n'est pas possible de débattre avec mes amies sages-femmes car en dehors des cours, on a plus envie de parler anecdotes qu'idées de fond. Ce n'est pas possible avec mes amis qui ne sont pas dans le milieu parce que j'ai souvent l'impression qu'ils parlent de choses telles que la société en parle sans y mêler leur position et l'assumer.

Je me souviens en particulier d'un verre en terrasse que j'ai pris avec des amis il y a de celà un an? Personne n'était dans le milieu de la santé à part moi, et forcément, le sujet tombant dessus, on m'a demandé plus ou moins comment ça se passait réellement, une IVG. Comme si ça méritait de passer à M6 en reportage - m'étonnerait que ça n'aie pas déjà été fait. Je ne me souviens plus exactement ce que j'ai décrit, sans doute que c'était moins terrible que ce qu'on imagine, mais surtout j'ai donné ma position sur l'IVG.

Je pense que le droit à l'IVG est une avancée sociale, pour autant, est-ce une avancée des consciences? Une IVG, si elle est mûrement réfléchie, si c'est un choix qu'on fait parce qu'on est en détresse, que c'était une erreur, d'accord. 100 fois d'accord, 1 000 fois. Mais on apprend de ses erreurs, et celle-ci me semble suffisament lourde, vu qu'on supprime une vie humaine, pour qu'elle pèse bien dans la mémoire pour tout faire pour ne pas la recommencer.

Une deuxième IVG dans l'histoire d'une femme, ça peut être une deuxième erreur. Ca peut être un viol. Ca peut être n'importe quoi de tout aussi pardonnable.

Une troisième IVG, soit on a pas de chance (et ça peut arriver, je l'entends bien et j'insiste), soit on a un QI de baleine à bosse, soit, enfin, on regarde trop M6 et on développe avec notre société une mentalité de consommation déplorable dont j'aimerai me garder - il va peut-être falloir que j'arrête de regarder M6.

C'est ce que j'ai dit, à mes amis. Et dans le regard de certains, j'ai lû le choc. Le " tu descends dans mon estime, parce que tu es contre l'IVG". On m'a répondu que certaines connaissances avaient eu 4 IVG et n'étaient pas des baleines à bosse. Certes. C'était des quoi alors? Comment peut-on pratiquer 4, 5, 6 fois des Interruptions Volontaires de Grossesse - des Interruptions Volontaires de Vie, puisque c'est la même chose? Pourquoi j'entends des femmes me dire que c'est la même chose qu'une contraception? Pourquoi ça ne choque pas mes amis? Ce n'est pas du tout la même chose. Alors oui, je pense qu'aujourd'hui l'éthique dérive tranquillement. On est passé du "zéro IVG" des années 70 à "free IVG" comme le débit 56k à l'ADSL haut débit. Sauf que j'ai rien contre l'ADSL haut débit.

Mais comme il est facile de stigmatiser en groupe les opinions des autres, il n'y a pas eu débat, ça faisait peur à tout le monde de pas avoir les mêmes opinions. On m'a répondu qu'on ne voyait pas le problème de faire 15 IVG si on voulait (nous avions mit les soucis de santé de la femme de côté). Et puis c'est tout.

 

Aujourd'hui en cours, le professeur qui est également le chef de pôle de la maternité de ma ville a fait un cours d'Ethique et diagnostic anténatal. Il n'y avait aucune note à prendre, son cours était très bien fait. Il nous faisait simplement réfléchir à ce que nous, professionnels de la naissance, nous cautionnons. Est-ce éthique ou non? Nous ne parlions même pas d'IVG, alors, mais des interruptions pour raisons médicales. Vous ne le savez peut-être pas, mais nous avons les moyens techniques (de plus en plus poussés) pour savoir si les foetus encore dans le ventre de leur mère, sont porteurs de maladies génétiques. La trisomie 21 fait partie des anomalies chromosomiques que l'on dépiste en quasi systématique, aboutissant le cas échéant par une proposition d'interruption de la grossesse, bien au délà des délais des simples IVG. Dans plus de 95% des cas, on arrête la grossesse.

J'ai vu des mamans à qui on a annoncé des trisomies 21. Je vois ce que ça fait, je vois jusqu'où ça peut aller quand on le découvre seulement à la naissance. Je ne sais pas ce que ça fait, mais je vois la détresse que cela créé.

Pour autant, le médecin soulevait un point intéressant : n'est ce pas de l'eugénisme? Ne supprimons nous pas une tranche de notre population? Il s'avère que selon la définition actuelle de l'eugénisme, nous n'en faisons pas partie. Car on ne pourra jamais créer une population où le hasard de la fécondation faisant, il n'y a pas de trisomie. Mais la question n'est-elle pas nécessaire, n'est-elle pas pertinente? On fait parce que tout le monde fait, parce qu'on nous apprend que c'est bien, parce que notre société de consommation dit que c'est bien d'avoir un bébé en pleine santé au début tout du moins, et que quitte à choisir, autant jeter celui là et en refaire un bien. C'est de mon point de vue à moi, personnel, discutable, encore une fois. C'est considérer l'homme comme une machine avec cahier des charges, dont on jette la pièce mal découpée parce qu'elle ne rentre pas dans le joli moule de notre société.

"Et toi? me rétorque-t-on. Ne vient pas me dire que si on t'annonçait un enfant atteint d'une trisomie 21 tu voudrais le garder coûte que coûte?"

En fait, je ne sais pas. Et je fais clairement la distinction entre l'éthique et ma vie. Je peux être amenée à faire des choix que je regretterai ensuite, qu'en sais-je? je ne suis justement pas une machine dont les idées préconçues ne se meuvent pas avec la confrontation à la réalité. C'est ce qui fait ma qualité d'être humain. Et puis, peut-être ne le ferai-je tout simplement pas, ce test. Peut-être que l'enfant qui naîtra sera trisomique, que je n'aurai pas eu le choix de le supprimer ou non puisque je ne l'aurai pas sû.

 

En fait, je n'en sais rien. Peut-être que moi aussi, dans 10 ans, 15 ans, je rentrerai parfaitement dans le moule à gateau qu'on aura beurré pour moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ellis Lynen - dans Ma patate
commenter cet article

commentaires

Marjorie 26/02/2012 17:17

C'est très intéressant ton article et la réflexion qu'il amène. Je me languissais de ne plus te voir écrire ces derniers temps. Et c'est toujours un plaisir d'accueillir ton retour ! Merci
Mademoiselle

Grigrifounet 25/02/2012 22:53

Tant que tu réfléchis, et tant que tu continues de vouloir avoir une opinion, on ne pourra pas valablement penser que tu es dans un moule.

Tu m'as tout l'air d'être dans période de ta vie de doutes et à la fois d'un peu de vide. J'ai un peu l'impression de ressentir ça, en ce moment, d'une manière sans doute différente.

C'est sans doute une question de mois ou de semaines. Tu en riras dans 30 ans quand tu te rendras compte que finalement, tu n'as rien abandonné, et certainement pas les road trip entre amis :) !

Présentation

  • : Patate y Patata
  • Patate y Patata
  • : Encore un blog sans grande prétention dont la principale inspiration est... ma vie ! Bonne lecture
  • Contact

Catégories