Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 13:24

http://www.degrenne-distribution.fr/upload/images/10-20060612113601.gif

"L'arabe du coin", c'est comme ça que nous l'appelons. Il n'y a là dedans rien de raciste ou de stéréotypé... ou si peu. Je pense qu'il est Tunisien. Ou Marocain. Non... en fait il est sûrement Algérien, puisque de source sûre - des Algériens eux-mêmes qui ont tenu à rétablir la vérité* , l'arabe du coin est une expression qui désignait les Algériens de Paris.

En bas de chez nous, il y a un viveco où nous faisons nos courses quand on a la flemme de marcher 10 min de plus pour aller à Carrefour. Les prix sont faramineux, il ne faut pas vouloir y faire ses courses de la semaine, mais peu à peu, je me suis attachée à ce vieux bonhomme un peu bedonnant qui sourie avec les yeux. Au début, je ne l'appréciais pas trop, il était renfermé et à la limite de l'aimable, et il faut dire que les Viveco rayonnent pas de l'ambiance propre et joliment agencé d'une très grande surface. Et puis dans ce magasin, je suis toujours toute seule à faire mes courses. Il n'y a jamais personne qui parcourre les rayons avec moi, ça  fait bizarre. Mais cela fait 2 ans qu'on voie l'arabe du coin régulièrement, et maintenant nous entretenons une de ces relations particulières de client à vendeur où un bonjour appuyé d'un regard et d'un sourire signifient plus qu'une simple formalité. N'imaginez rien de graveleux, je veux juste dire qu'on se reconnaît. C'est tout.

Je vous parle de lui, parce qu'aujourd'hui nous avons échangé plus qu'un traditionnel "Vouspouvezprendreunpaniersivousvoulez - Nonnonçaira". Je m'acharne effectivement assez bêtement à prendre les produits dans mes bras, pour me forcer à pas trop acheter - non sans déconner, vous pouvez pas comprendre tant que vous avez pas vu les prix. Il m'a avoué une fois qu'il avait peur que je casse une bouteille. Moi? Faire tomber  des trucs fragiles? JAMAIS monsieur, c'est mon métier de ne rien faire tomber par terre !

Hier, je n'avais pas assez de monnaie pour payer ce que j'avais choisi, et j'avais oublié ma CB. Alors que nous nous efforcions de trouver quels produits enlever pour arriver à 14€, nous parvenons enfin à arriver à un total de 14,60€. Soit donc 60 cent de plus que ce que je pouvais payer.

OUAIS OUAIS cette histoire est passionnante. J'vous embête d'abord.

Alors, gracieusement, avec un petit regard pétillant, il me dit que je le rembourserai la prochaine fois que je viendrais. Mon coeur s'est envolé, ça y était ! Avec ces mots il venait de signer le pacte de la confiance! Il me faisait crédit, alors que dans tous les magasins depuis que je suis petite je vois marqué "nous ne faisons pas crédit". Il me donne mon ticket avec le 60cent entouré au bic rouge en me disant qu'il me connaissait maintenant et que ça ne posait vraiment pas problème.

Ce matin, en allant chercher mon pain de bonne heure, je suis repassée devant le Viveco. Il prenait l'air, et m'a dit bonjour de loin.

"Bonjour monsieur ! J'ai vos 60 centimes!

- Oh, ce n'était pas pressé vous savez.

- Oui non mais je n'aime pas trop devoir de l'argent comme ça. Et puis je vais acheter quelque chose aussi."

En rentrant, sa femme me sourie. Bizarrement, elle ressemble à une indienne je trouve. Enfin je sais pas si c'est bizarre, après tout un tunisien et une indienne peuvent se mettre ensemble en couple en France, j'vois pas pourquoi ça serait bizarre. Mais à chaque fois que je la voie - elle est moins souvent là, elle fait juste l'ouverture et la fermeture - je me dit "c'pas possible que lui soit indien." Cherchez pas, je me pose beaucoup de questions sur de nombreuses choses, et les nationalités en font partie. Je les vois bien avoir un fils unique de 28 ans , peut-être même que je  l'ai vu une fois l'année dernière.

Je retourne à la caisse avec les bras chargés de café, de compote et de semoule, soit la base de mon régime alimentaire. Ajoutez-y de la ratatouille, des flageolets, des haricots verts, des yaourts et du raisin sec pour les jours de fête. Ce que j'aime, dans ce Viveco, c'est le rangement, qui est particulier: c'est tout petit, il n'y a pas suffisament de rayonnages pour faire de jolis dégradés de types de produits comme à carrefour. Les raisins secs sont donc voisins immédiats de la langue de boeuf en boite, le thé chinois avec la confiture de fraise. Les packs de bières sont posés à même le sol en devanture, et les pâtes font face au PQ et au gel douche. Des rayonnages réfrigérés ont été éteints et laissés en l'état pour contenir les jus de fruits - il y a le choix là par contre - et comble d'effort de diversification, ils ont même un MINUSCULE coin papeterie sans papier en tête de gondole.

Bref j'arrive à la caisse, une sorte de plaque aluminium où on pose les produits; il encaisse, rajoute les 60 centimes sur la note. Il me répète que c'était pas pressé, lorsque je paye.

"C'est juste que comme ça c'est clair entre nous, il n'y a pas de dette!"

Il rigole, et me dit en souriant :

"Mademoiselle, je me doutais que vous n'alliez tout de même pas fuir la France en me laissant cette ENORME dette!"

Je ris aussi, c'est vrai que je suis bête. Mais je ne regrette pas d'avoir joué un peu à la gourde sur cette histoire; ça m'a fait plaisir que lui et moi ne soyons pas de simples anonymes distants, et d'avoir partagé ce moment là. C'est cher? Et bien tant pis, pour le même prix j'achèterai moins qu'à Carrefour, je passerai un bonjour à l'arabe du coin et ça me fera plaisir !

 

* texte modifié le 17.04.11 suite aux réclamations de Yano et benabi tayeb

Partager cet article

Repost 0
Published by Ellis Lynen - dans Ma patate
commenter cet article

commentaires

Roxy 19/04/2011 14:17


C'est avec une attention certaine que j'ai lu les commentaires passionnés résultant de cet article.

Déjà, quelques informations sur ma petite personne pour que Yano parvienne à trouver les synonymes les plus pertinents du mot "raciste" pour me qualifier.

Je suis une jeune fille d'origine française qui n'a jamais ressenti de "haine raciale" envers quelques nationalités possibles. Je me considère comme tolérante et l'article d'Ellis m'a rappelé mon
enfance. En effet, j'avais aussi près de chez un moi un petit épicier d'origine algérienne chez qui j'allais, à l'âge tendre, acheter des confiseries et autres graines de tournesol. Je me suis donc
retrouvée dans le témoignage précédemment présenté comme relevant de la "haine raciale".

Amie d'Ellis et petite amie de Grigrifounet, je connais ces personnes et je sais parfaitement qu'ils ne sont en aucun cas xénophobes.

Yano, pense-tu vraiment que l'oubli d'Ellis soit vraiment une démonstration de "racisme" ? Ca en devient comique, ne trouve-tu pas ?

Parfois, je me dis que le politiquement correct qui anime la France tend à violer la liberté d'expression dont nous devons tous pouvoir jouir. Cependant, rien, et je le dis bien, RIEN, de ce qu'a
dit l'auteure de cet article n'est offensant pour les communautés maghrébines. Yano, je pense que tu t'obstine à remplir un seau d'eau percé. Mais soit, si cela peut te faire du bien.

Enfin, j'aimerai souligné autre chose. Tu semble prôner la tolérance mais tu attaque les contributeurs de manière lâche et pitoyable. Tu attaque Ellis sur un "manque de personnalité"! J'aimerai que
tu me le prouve et je doute que tu puisse le faire.
De plus, tu attaques Grigrifounet en sa qualité de "geek" faute sûrement d'avoir trouver des arguments valables dépassant le stade des vannes de cour de CE2. C'est un garçon des plus altruistes
avec une ouverture d'esprit immense, donc attaquer les gens sur les mêmes fondements que les tiens est juste pitoyable.

Grigri: oui le débat est impossible car sans fondements. Nous alimentons la stupidité d'une personne qui d'abord fait honte à la communauté qu'elle se dit représenter et qui ensuite est un exemple
déplorable des échecs de l'école républicaine qui n'a sur cette personne pas su faire rayonner les valeurs que la République porte en son coeur: l'ouverture et le respect.


Grigrifounet 19/04/2011 12:48


Comme quoi je suis quand même une bonne pâte, j'étais ce matin même chez mon ophtalmo !

J'avais en effet curieusement oublié de noter ça, moi qui ai cette tendance (dommageable, sans aucun doute, mais je me soigne) à la plus grande circonspection dès que l'on s'approche de tout ce qui
a trait au mysticisme. Je me retrouve face à quelqu'un qui met du Dieu partout sur son blog, et je m'étonne que l'argument soit pauvre et le débat impossible ^^ .


Melmelboo 19/04/2011 12:30


C'est bien ça... Comique :p


Grigrifounet 19/04/2011 11:51


Quatorze pomedetaires sous ce billet, un véritable potager pour l'arabe du coin ! Potager ou la mauvaise herbe semble le disputer avec hargne à la culture vivrière.

A la lecture, amusée, du débat qui agite ces pages, mon cœur balance. Sommes nous en présence d'une blague potache, ou le blog Patate y Patata a-t-il réellement ferré l'un de ces avatar des
courants identitaires qui frétillent un peu partout à la surface du globe ?

C'est à se demander, en fait, si de telles aspirations faites de fiertés mal placées (la bernique est-elle fière du rocher sur lequel elle est scotchée ?) tirent leur origine d'autre chose que de
l'ennui crasse dont yano fait état sur ce que je suppose être son blog : "une femme qui souffre d’ennui chronique, une mère au foyer , desperate house wife qui ne sait plus quoi faire pour occuper
ses journées".

Je suis ravi de voir qu'elle a trouvé à s'occuper.

On notera simplement qu'il lui faudra être quelque peu plus convaincante puisqu'elle est ici en terrain connu et conquis pour Ellis et son entourage. Nous la connaissons, nous savons qui elle est,
faire étal en face de mauvaise humeur et de mauvaise foi, brandir le champ lexical honni du racisme... Tout cela n'a jamais fait l'argument ;) .


Roz' 18/04/2011 20:03


Personnellement je ne vois rien de xénophobe dans le contenu de ce texte et je trouve affligeant que Ellis ait ressenti le besoin de le modifier !

Entre nous, on se contrefiche de la nationalité de cet homme, et je regrette qu'on ne puisse pas y voir seulement un simple hommage ... hommage pour un beau geste et le côté humain dont "l'arabe du
coin" a fait preuve et qu'on ne retrouvera dans aucune grande surface où la moitié des caisses sont automatiques. C'est comme ça que je comprends le texte, et pas autrement.

En revanche la question que je me pose, c'est : pourquoi voir le mal partout ?

Tu rêves d'un Maghreb uni, et moi d'une France tolérante.

La solidarité n'est pas un délit, certes, la liberté d'expression non plus.


Présentation

  • : Patate y Patata
  • Patate y Patata
  • : Encore un blog sans grande prétention dont la principale inspiration est... ma vie ! Bonne lecture
  • Contact

Catégories