Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 23:01

http://www.labelseance.com/medias/img/irisFacadeNuit.jpg

Dans mon cinéma à moi, si la séance commence à 20H30, la billetterie ouvre à 20. Dans mon cinéma à moi, ne cherchez  pas une quelconque appartenance à une grande succursale de cinéma, pas de Gaumont, pas de Cinéville, mais un petit cinéma associatif tenu par une centaine de bénévoles.

Le pouvoir de ce cinéma a été de me donner un goût immodéré pour tout ce qui entoure une séance de cinéma en elle-même. Le choix de la place idéale, l'hésitation devant la machine à bonbons, le court métrage et les bandes annonces sont pour moi comme une entrée en matière délicieuse avant le film proprement dit qui, soit dit en passant, pourrait très bien se regarder sur canal + . Il m'est tout simplement inenvisageable de louper toute cette étape, ce serait comme se laver les dents sans dentifrice ; ça pourrait le faire... mais en fait ça le fait pas.

Ce qui fait que j'adore ce cinéma, qui a baigné mon enfance et ma scolarité jusqu'au lycée, c'est qu'il est associatif. Les films qui y passent vont du hit grosse production actuelle (mais sans la 3D, et faites que ça dure) aux films d'art et essais, qui règnent en grande majorité. Mais surtout, surtout... c'est toutes les petites erreurs d'amateurs qui donnent comme une saveur différente à chaque séance de cinéma; quand par exemple toutes les bandes annonces sont passées à l'envers, comme si on remontait le temps. Les explosions se désexplosent, les voitures reculent, les gens démarchent. Rigolez, mais une stupide bande annonce de film de course-poursuite devient vachement rigolote. Nous avons aussi le droit de temps en temps à une partie du film à l'envers, les bonhommes la tête en bas. Parfois même, c'est l'entracte forcée parce que la bande a été sectionnée. Tout à l'heure, j'ai eu le droit à 10 min de film tressautant, comme si la bobine avait parkinson... loin de me gâcher ma séance, ça me fait sourire et je me dis que pourvu que cette ambiance de vieux cinéma dure. Parce que quand j'y suis, je me sens au cinéma.

Quelque chose d'autre, qui fait la force du cinéma de chez moi, c'est les publicités. Tous, vous êtes habitués à des publicités classiques M&M's, Fanta, Windows non? Et bien chez nous, les publicités sont FAITES pour faire rire, j'en suis persuadée.

Cela commence généralement par une publicité avec un mec assis décontracté sur une échelle, tout seul sur un fond blanc, qui tient un pinceau de peinture jaune dans la main style "je fais pas gaffe que la peinture tombe sur ma moquette toute neuve puisque visiblement je fais des travaux chez moi". Il sourit à pleines dents blanches, excité tout seul sur son échelle et puis  rapidement le décor arrive par vagues tout autour de lui; des rayonnages, des écriteaux, des tables de jardin, des vis, des planches, et j'en passe; "Weldom, le magasin bricolage près de chez vous". Le mec sur son échelle regarde à droite, à gauche, ébahi et heureux parce que mine de rien il devait se sentir seul et con sur son échelle avec son putain de pinceau et sa putain de peinture jaune. Alors qu'une voix off déballe un petit texte que personne n'écoute sur comment que c'est formidable un magasin Weldom à Q**********, une caméra se balade dans les rayonnages pour filmer les vrais gens, petits, rablés, les bottes en caoutchouc vert de jardin aux pieds, qui ont été pris au dépourvu dans leurs travaux et qu'arrivent comme ça style de rien à Weldom "le magasin bricolage près de chez vous" pour également être pris au dépourvu pour tourner une saloperie de pub que des générations entières de gosses verront au cinéma.

Généralement, la meilleure publicité suit juste après, c'est celle qui me fait exploser de rire avec le reste du public. La caméra rentre dans un salon très clair, lumineux, derrière un mec assis dans son canapé, le bras posé sur le dossier. Alors que la caméra avance, et contourne le canapé, le mec jette un regard simultané à la caméra, avec une sourire DEJA inscrit sur le visage avant qu'il ne repère la caméra. Style, j'suis heureux dans mon canapé et je souris, oh mince, une caméra m'a filmé pile quand je m'y attendais pas. Cet homme porte un petit polo vert, il a les jambes croisées et a la pire tête de con jamais vue sur terre, mais je crois que c'est juste son sourire crispé qui fait ça. Déjà, là, on rigole. La caméra se pose face au canapé, et la femme de Polo Vert Qui Sourit rentre en scène, avec exactement le même sourire con et crispé et vient s'asseoir à côté de son mari. Elle pose sa main sur celle de son mari, - gros plan sur leurs deux mains jointes qui portent chacune une alliance rutilante, à tel point qu'on se demande la première fois si la pub n'est pas pour une bijouterie -. Et là, l'apothéose : elle pose sa tête sur l'épaule de Polo Vert qui, lui, ne fait pas UN GESTE pour l'accueillir, parce qu'il est crispé Polo Vert, on sent qu'il craint que sa véritable femme lui fasse une scène le soir en rentrant du tournage. Il faut bien réaliser que  pendant toute la publicité, le sourire est là, identique, le visage ne change pas, aucune émotion ne passe. En fond... une petite musique niaise. Puis le slogan de la publicité : "Meubles Coëdel : on se meuble comme on aime."

Il y en a beaucoup, qu'ils panachent entre les séances; ce soir c'était la mutuelle des pays de Vilaine : on filme des gens qui se tapent la bise le long du canal, avec un jeune en short qui court derrière (on aurait juré que c'était mon frère qui s'était fait filmer tant la ressemblance est frappante). Puis le jeune rejoint sa famille qui faisait un pic nic sans l'avoir attendu (qu'avait-il oublié dans la voiture ce sale gosse???). Et tout le monde est vachement heureux d'être le long du canal.

  Arrêtez d'aller au cinéville ou au gaumont. Revenons aux vraies valeurs! Sauvez vos petits cinémas autonomes avec leurs publicités qui font rêver ! Ah là là, j'adore le cinéma =D

PS : Je reviens de la séance Des Hommes et des Dieux. Très bon film, mais qui réclame d'être un poil tolérant question catholicisme et d'être pas endormi (comme moi) parce que c'est assez long. Mais il fait réfléchir sur la si facile disparition de la notion d'humanité dans un cadre de terreur et de violence et ma fois, ça ne me choque pas qu'il aie eu le grand prix à Cannes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Ellis Lynen - dans Ma patate
commenter cet article

commentaires

Libellule 27/09/2010 15:55


je valide ! par contre, j'ai vu hier Des Hommes et des Dieux et je me suis fait ch... Je m'attendais à un truc énorme, style "tu peux pas mourir sans l'avoir vu" et ben non... Effectivement, vaut
mieux y aller un peu réveillé avant parce que j'en connais qui se sont endormis. Je sais pas trop quoi penser mais je le conseillerai pas.


Ellis Lynen 27/09/2010 21:00



Il était effectivement long, et c'est pas l'action qui maintient éveillé. Mais pendant la majorité du film, je me suis posé la question : serait-je capable de considérer un terroriste comme
n'importe quel autre individu? Le soignerai-je alors qu'il tue dans mon entourage? Difficile, le serment d'Hippocrate qui implique de soigner quiconque quelque soit sa race, son sexe, sa
mentalité et sa religion; jusqu'à présent c'était clair et simple, oui je m'occupe de mamans quelqu'elle soit. Mais serai-je aussi nonchalante si j'étais dans un pays en guerre civile? Ne me
poseré-je pas la question qu'ils se posent dans le film? A défaut de parvenir à maintenir l'attention, moi il m'a fait réfléchir, et il pose clairement la différence entre les groupes intégristes
et la population locale, sur la tolérance. J'aime beaucoup ces thèmes.


 


PS : "Il faut que" tu lises La couleur des Sentiments, Libellule ! C'est un excellent livre !



Présentation

  • : Patate y Patata
  • Patate y Patata
  • : Encore un blog sans grande prétention dont la principale inspiration est... ma vie ! Bonne lecture
  • Contact

Catégories