Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 16:50

Pendant les gardes de nuit, il existe une ambiance particulière, calme et secrète, propre aux confessions les plus intimes entre collègues. J'ai découvert qu'une de mes collègues, la quarantaine, auxiliaire de puériculture, est gothique. La seule fois où elle a porté autre chose que du gothique, c'était à son mariage, et c'était une surprise pour son mari. J'ai appris comment des collègues voulaient se marier. Les régimes. Les activités, le théâtre, la zumba, le tennis, la danse classique. Les recettes. Les bons coins autour de SN. Les anecdotes. Les blagues.

On  a regardé des vidéos. "Allez viens, viens, on est bien." Les lipdubs des maternités. J'ai fait découvrir la marmotte psychopathe.

 

J'ai donc été amenée à me livrer aussi. "Et toi Ellis, tu as quelqu'un dans la vie?". "Tu viens d'où?" "Tu manges TOUJOURS du thon et de la tomate???" (ça c'était cet été). Mais surtout, surtout, j'ai avoué mon rêve ultime.

 

Avoir un ch'val.

 

 

http://gifsadoudou.g.i.pic.centerblog.net/hheb053b.gif

 

Mon ch'val serait un Haflinger. C'est une sorte de grand poney/petit ch'val assez costaud avec une robe alezane aux crins blancs. Ils sont gentils.

Bon, en soit, mon projet, avoué en rougissant et la voix tremblante (ça fait un peu j'aime les licornes) n'a pas provoqué une vague d'hilarité. Mes collègues m'ont dit après posséder eux même des chevaux.

Avec un regard louche.

"Pourquoi vous avez un regard bizarre comme ça?

- Non oh bah... c'est un beau projet d'avoir un cheval. Bon. Après faut s'avouer que euh...

- Oui...? (ton inquiet) C'est beaucoup de travail c'est ça???

- Euh oui, oui... mais c'est pas vraiment ça le problème...

-...?

- Ben faudra surtout réussir à recaser le cheval quand tu auras un mari et des enfants. Et ça c'est la merde."

Je me suis demandée si le fait d'avoir un cheval était plus emmerdant ou non que d'avoir un mari et des enfants. Ca avait l'air de ne pas être très clair sur la relation de causalité. En tout cas, il semble admis que c'est incompatible, puisque l'ensemble de mes collègues a hoché la tête d'un air entendu.

"Bah oui Ellis, un cheval ça demande de s'en occuper tous les jours... et quand ton mari ne veut pas t'aider, et qu'en plus faut s'occuper de ton enfant, du ménage, du repassage pour toute la famille... il faut replacer le cheval. Revendre le matériel. Le terrain.

- Ouais... (je ne vois pas vraiment le problème, il suffit de ne pas avoir d'enfant ni de mari, ce qui m'a l'air bien parti)"

Et comme mes collègues ont l'air de lire sur mon visage :

"Tu n'as peut-être encore personne mais ça va venir."

 

Pression sociale : ON.

 

"Je peux vous dire la suite de mon projet?

- Oui vas-y !

- Alors je ne travaillerai plus à SN.

- Ah bon???

- Ben je veux avoir un chalet en montagne, avec un grand terrain où mes chevaux seront en liberté autour de moi. J'irai en garde à cheval. La maternité aura un terrain fait exprès juste à côté, où mon petit Hafly pourra courir toute la journée. Et le soir, mes crocs attachées dans mon dos, je remonterai dans mon chalet. Ou alors je m'installerai en libéral et j'irai chez les patientes dans la montagne avec Hafly.

Mon chalet aura une petite terrasse couverte à l'américaine, avec un rocking chair, pour prendre le thé avec une grosse couverture. Et quand mes amis viendront en vacances chez moi, j'irai les chercher à la gare à cheval, avec le deuxième cheval sellé. Les valises grimperont avec le bus, parce que je me serai fait des amis de mes voisins et des conducteurs de bus, et on rejoindra chez moi à cheval. On aura un magnifique point de vue avec un coucher de soleil sur les montagnes."

 

Un petit silence suit. Une collègue m'a regardé avec un petit air désolé, a prit mes mains dans les siennes, m'a regardé dans les yeux et m'a dit : 

"Ellis? T'avais ouvert le protoxyde d'azote à ton accouchement?

- Mais... mais non ! Mais c'est réalisable non?"

Ils ont tous secoué la tête en silence. En deuil. Personne n'a osé casser mon rêve en disant non à voix haute. On a embrayé avec la météo. Sec et froid.

 

Je sens que personne ne croit à mon rêve. Bouhou.

 

http://www.b2b-lonelyplanet.fr/flux/data/ADN2/lp_images/austria/1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Ellis Lynen - dans J'aime
commenter cet article

commentaires

OrCrawn 01/03/2013 21:48

Ben moi j'aime beaucoup ton rêve à toi ! Bon, les chevaux c'est pas mon truc (j'ai dû faire de l'équitation 2 fois dans ma vie) mais... Un peu dure les consoeurs pour le coup. ^^

Maïté 01/03/2013 18:12

Moi je le trouve cool ton rêve. J'ai envie de venir te voir et que tu viennes me chercher à cheval à la gare.

Présentation

  • : Patate y Patata
  • Patate y Patata
  • : Encore un blog sans grande prétention dont la principale inspiration est... ma vie ! Bonne lecture
  • Contact

Catégories