Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 13:57

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

http://www.chouyosworld.com/wp-content/uploads/2010/02/Cercle-litt%C3%A9raire.jpg

auteur : Mary Ann Shaffer et sa nièce, Annie Barrows.

Ce livre aura été le premier et le dernier livre de M.A. Shaffer; passionnée par la littérature et les îles anglo-normandes, elle est malheureusement décédée peu de temps après avoir sû que son livre allait être édité et traduit en plusieurs langues...et connaître un grand succès.

Cette histoire se passe en angleterre peu de temps après la seconde guerre mondiale qui l'a ravagée de ses bombes. Le livre est entièrement rédigé sous forme de lettres et de courriers rapides entre les différents protagonistes; nous suivons principalement la vie de Juliet, rendue célèbre par sa plume virulente qui a sû faire oublier la guerre au peuple anglais en sachant avec talent tourner les choses à la dérision. Mais la guerre est maintenant finie, et Juliet voudrait écrire un livre qui tranche complètement avec ses personnages maintenant connus et reconnus.

Un beau jour, elle reçoit une lettre d'un certain Dawsey Adams, habitant de Guernesey qui aurait en sa possession un de ses anciens livres dans lequel elle avait inscrit son nom et son adresse. Ayant apprécié le livre sus-dit, il lui demande notamment une adresse de libraire londonien afin de se procurer d'autres ouvrages de l'auteur et des références d'oeuvres.

Commence dès lors une correspondance assidûe entre Juliet et Dawsey, dans laquelle nous découvrons l'histoire terrible des habitants des îles anglo-normandes qui ont, elles, été occupées par les nazis. Rapatriement des enfants en angleterre à l'approche des navires, abandon par les troupes anglaises, restrictions alimentaires, déportation... tout est abordé par Dawsey avec un ton léger et ironique dans lequel on sent malgré tout le poids et la souffrance de l'humiliation et de la perte d'amis chers.

Rapidement, Dawsey parle de ses amis, ceux du cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patate créé à l'occasion d'un malheureux et comique incident : il était interdit à Guernesey de manger la viande, réservée aux troupes allemandes. Toutefois un soir en tout illégalité, Mrs Maugery, la voisine distinguée de Dawsey décida d'organiser une soirée "mondaine" (ils sont pour la plupart paysans et petites gens) où on mangerait un cochon roti et une tourte aux épluchures de patate. La soirée étant fort agréable, les convives oublièrent rapidement l'existence du couvre feu.

"...et quand Elizabeth McKenna a suggéré qu'il valait mieux regagner nos pénates plutôt que de trainer toute la nuit dans le petit salon d'Amélia, nous lui avons donné raison. Cependant manquer le couvre-feu était un acte répréhensible - j'avais entendu parler de personnes envoyées dans des camps pour cela -, et dissimuler un cochon était un crime plus grave encore. Aussi avons nous décidé de couper à travers champs le plus silencieusement possible."

Malheureusement, un homme de leur petit groupe, saoûl comme il faut, entonna une chanson. Ils se firent arrêter par une patrouille d'allemands.

Elizabeth McKenna prise d'inspiration subite expliqua à l'officier qu'ils n'avaient pas vu l'heure passer parce qu'ils discutaient d'un livre fameux à leur réunion du cercle littéraire de Guernesey; s'il souhaitait lire le livre et venir une fois, pas de soucis ! L'officier leur demanda leurs noms et accepta l'excuse, les laissant partir.

Pour maintenir la crédibilité de cette histoire farfelue, ils s'imposèrent de vraiment créer le cercle des amateurs de littérature et d'épluchures de patate; rapidement cela devint un véritable plaisir, et le cercle devint réel.

 

Ce livre est merveilleux de base, et il fait partie de l'élite des livres que j'ai eu l'occasion de lire à voix haute. C'était l'été dernier, en Dordogne, blottie dans mon duvet en tenant la lampe torche qu'il fallait recharger toutes les 10 min par deux ou trois coups de manivelle. A côté de moi il y avait Werschu et un peu plus loin, Elodie.

En lisant ce livre, on riait et on souriait à la plupart des anecdotes sur les habitants de Guernesey, très sympathiques, sans se méprendre sur le fond horrible de leurs conditions de vie dont ils s'accomodaient du mieux qu'ils pouvaient. A un passage du livre, lorsque Dawsey explique la déportation d'un de ses amis, on s'est mises à pleurer comme des madeleines; autant les filles pouvaient pleurer en silence, autant moi en lisant c'était ridiculement grillé. Ce livre est poignant d'émotions, il respire vraiment le vécu. C'est pour cela que j'ai été vraiment déçue d'apprendre que l'auteur n'a pas vécu la guerre là bas, ni même en angleterre. Elle est américaine. Elle avait un pouvoir d'écriture impressionnant, et je déplore qu'elle soit décédée sans avoir écrit d'autres oeuvres tant on plonge dans l'histoire à corps perdu.

C'est un excellent livre, très facile à lire, rendu vivant par le style épistolaire.

A lire !

Repost 0
Published by Ellis Lynen - dans Dans ma bibliothèque
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 13:51

P1040786.JPG

En farfouillant sur over-blog, j'ai découvert le site de la fille aux étagères, Sur mes étagères. Et ça m'a donné envie de faire un peu la même chose, sans avoir la prétention de donner des exemples de lectures de cette qualité.

Quand j'étais petite et que je n'avais pas encore internet pour remplir ma vie, je lisais. De quoi donner un argument choc à tous les détracteurs de l'informatique et de la toile! Mais il faut avouer que c'est bien la vérité dans mon cas. Jusqu'au lycée j'ai lu des dizaines et des dizaines de livres jusqu'à ce qu'arrive internet à la maison, époque où je me suis mise à écrire en délaissant le pendant qu'est la lecture. Enfin, quand je réfléchis, j'exagère un peu; je lis maintenant les grandes saga d'héroic fantasy généralement faciles à lire et les nombreuses bandes dessinées que j'avais un peu tendance à délaisser.

Je suis néanmoins un peu nostalgique de cette époque, car je ne suis plus une grande lectrice à présent. La lecture c'était... l'évasion, c'était rentrer dans des mondes et des époques différents en oubliant un peu ma vie à moi qui était bien plus fade. Dans les livres je devenais bourrée de talents admirables et de défauts presque enviables; je parvenais à ressentir des émotions bien plus fortes que celles que la vie peinait à m'offrir ! Peut-être que j'exagère -encore- mais alors que je me souviens des livres, des histoires, des musiques que j'écoutais en lisant et de ces instants précieux qui me reviennent comme des images, je n'ai que de pauvres souvenirs de mon enfance. La lecture, c'est un mal pour un bien. Oui on a de la culture et on ressent des émotions à chaque page; mais on le fait tout seul, dans son lit, dans sa tête.

La lecture ne peut se faire à plusieurs qu'à voix haute, et les quelques livres qu'il m'est arrivé d'écouter ou de lire ainsi détiennent le cachet mystérieux et puissant de l'instant unique que seules quelques personnes auront en commun. J'en suis une grande amatrice.

Mais trève de généralités. Voici les quelques livres, romans, nouvelles, bandes dessinées qui m'ont marquée (même si le choix est particulièrement difficile !).

Repost 0
Published by Ellis Lynen - dans Dans ma bibliothèque
commenter cet article

Présentation

  • : Patate y Patata
  • Patate y Patata
  • : Encore un blog sans grande prétention dont la principale inspiration est... ma vie ! Bonne lecture
  • Contact

Catégories